Bassins de Grenelle : l’opposition de riverains face à la création d’une ferme aquaponique

Lisez l’article sur France Bleu en cliquant ici ou ci-dessus:

Une partie des riverains s’oppose à l’installation d’une ferme aquaponique à la place des bassins de Grenelle, dans le XVe arrondissement de Paris. Le projet devrait voir le jour dans les prochains mois.

Les bassins de Grenelle ont été vidés avant l’été. Une ferme aquaponique devrait y voir le jour.

© Radio France – Marion Canu
Paris 15, Paris, France

Les bassins de Grenelle ont été vidés avant l'été. Une ferme aquaponique devrait y voir le jour.

[Les bassins de Grenelle ont été vidés avant l’été. Une ferme aquaponique devrait y voir le jour. © Radio France – Marion Canu]

« Oui à l’îlot de fraîcheur, non aux bâches en plastique sur les réservoirs de Grenelle » : depuis la fin du mois de juillet, voici le slogan que l’on peut observer, affiché sur plusieurs balcons des habitants de la rue de l’Abbé-Groult. A l’origine de cette initiative : l’association Respiration Paris 15. Créée en 2013, elle lutte contre la disparition des bassins réservoirs de Grenelle, en plein cœur du quartier Vaugirard dans le XVe arrondissement.

Historiquement ancrés dans le paysage, les bassins de Grenelle ont longtemps été remplis d’eau. Une eau non potable, « mais qui servait à l’arrosage, au nettoyage » indique Aline Godart, elle-même membre de l’association depuis 2013. Surtout, « cette eau nous apportait un peu de fraîcheur durant les périodes de forte chaleur et faisait venir des oiseaux, des mouettes notamment », regrette-t-elle, depuis son balcon.

Culture maraîchère et pisciculture
En place et lieu de ces bassins aujourd’hui vidés, une ferme aquaponique devrait voir le jour. Ce système alternatif de production, mêle élevage de poissons -de truites- et maraîchage sous serres. Les déjections des poissons servant d’engrais aux cultures. Le paysage actuel serait logiquement bouleversé. Impensable pour Aline Godart : « On aura une vue imprenable sur les bâches. Et de l’air chaud passant sur des bâches en plastique, je préférerais ne pas le voir, ni le sentir ! »

Cécile Roux est à la tête de ce projet, et affirme « tout faire pour que la ferme aquaponique ne génère pas de nuisances. » Selon elle, le projet est très bien perçue par la majorité des riverains : « J’ai une liste d’attente de près de 200 personnes qui attendent patiemment l’arrivée de nos premières productions » se réjouit-elle. Un engouement partagé par les commerçants et les restaurateurs, qui pourront bénéficier directement de ces produits.

Les opposants soutenus par le maire d’arrondissement
Si le projet a été validé par la Mairie de Paris, après un appel à candidatures, la mairie du XVe arrondissement, elle s’y oppose totalement. Le maire, Philippe Goujon, soutient le collectif et regrette surtout un manque de concertation avec les riverains : « Les auteurs du projet n’ont pas voulu débattre avec les habitants, ils se sont contentés de présenter leur projet ». Et d’ajouter : « J’ai adressé un courrier à Anne Hidalgo, resté pour l’heure sans réponse. »

L’association Respiration Paris 15 a déposé un recours devant le tribunal administratif. Il devrait être étudié d’ici au mois de novembre. Les travaux de la ferme aquaponique, eux, pourraient débuter dès le mois de septembre.

 

15ÈME : DES BASSINS QUI FONT DÉBAT (BFM TV)

UN ÎLOT DE FRAÎCHEUR DÉTRUIT

Regardez la vidéo de la chaine télévision BFM Paris sur notre page Facebook et contribuez maintenant à soutenir les actions Respiration Paris 15, dans un moment important.

Vous pouvez aussi regarder la video sur notre chaïne YouTube ici.

 

 

 

 

Paris: les riverains veulent retrouver leurs bassins de fraîcheur

Après un recours, c’est à coup de banderoles accrochées ces derniers jours à leurs immeubles que des riverains s’opposent à l’installation d’une ferme aquaponique en lieu et place des anciens bassins réservoirs de Grenelle (XVe).

Lisez l’article dans Le Parisien, par Marie-Anne Gairaud du 4 août 2019 à 16h44 ici.

PARICULTEURS, UN RISQUE DE DEFICITS ABYSSAUX PAYES PAR LES PARISIENS ?

UP magazine avale la soupe de la Mairie de Paris et ne sait pas de quoi il parle ! 

Aucun des projets actuels Parisculteurs n’a fait la démonstration de sa solidité financière. Il serait peut-être intéressant de demander l’avis du Président de la Chambre d’Agriculture d’Ile de France sur ce point. Et à la Mairie, plus de détails sur les financements réellement accordés aux 32 sites livrés de Parisculteurs 1.

La Mairie subventionne largement une opération de com qui pourrait représenter des déficits abyssaux, payés par les Parisiens ! Arrêtons de nous leurrer.

Alors que les petits agriculteurs en zone péri-urbaine, qui produisent une agriculture raisonnée ou bio, et sont régulièrement inondés car Paris est trop, et de plus en plus, minéralisé, ne sont même pas indemnisés par la Ville ! 

Quant au projet Green’elle, sur le réservoir d’eau non potable de Grenelle, il s’agit d’une régression écologique et environnementale majeure :

  • il détruit un îlot de fraîcheur dans un quartier hyper construit approchant les 50 000 habitants/km2,
  • il détruit un lieu de biodiversité,
  • il crée un îlot de chaleur en remplaçant l’eau du réservoir par des bâches en plastique sous le nez des habitants.

C’est une honte pour le climat et pour la biodiversité censés être défendus par la Mairie.

La présentation de ce projet comporte contre-vérités et flous :

  • Green’elle aura des difficultés pour vendre au marché Convention car les 9 marchands de légumes et 7 marchands de poisson qui se lèvent à 4 h du matin pour installer leur marchandise sont vent debout contre cette concurrence déloyale (ni location de terrain, ni frais de transport)
  • l’association de riverains, Respiration Paris 15, n’a aucunement l’intention d’acheter des légumes hors sol à Green’elle. Les restaurants du quartier prendraient des risques à faire savoir qu’ils sont clients, vu l’hostilité générale à ce projet dans cette partie du 15ème.
  • les renseignements vérifiés sur le financement annoncé de l’opération se sont avérés faux ! Son opacité fait peur.

Parisiens, à vos poches !

Lire l’article ici.