Un magnifique projet de biodiversité proposé à la Mairie de Paris

Projet de biodiversité sur le site du réservoir de Grenelle

La Mairie de Paris a décidé de réduire le réseau d’eau non potable en fermant l’usine de production d’Auteuil, et deux réservoirs de stockage dont le réservoir de Grenelle.

L’amendement au schéma directeur de l’eau non potable concernant le réservoir de Grenelle a été adopté à l’unanimité au Conseil de Paris le 30 septembre 2015, avec trois principes essentiels :
– « que la vocation du site soit pleinement valorisée au travers d’un projet d’agriculture urbaine étudiant notamment la faisabilité de l’aquaponie,

– que les aménagements soient réversibles afin que l’exploitation du réservoir d’eau non potable soit possible si cela s’avérait nécessaire dans l’avenir

– que la Mairie d’arrondissement, le Conseil Consultatif de quartier,et les riverains soient pleinement associés à la mise en oeuvre de ce projet. »

Ces trois principes ne sont pas respectés par le projet d’aquaponie actuellement à l’étude. La structure-même des bassins n’est pas du tout adaptée à cette activité, impliquant le vidage des bassins et la construction d’équipements en dur, lourds et coûteux, risquant d’altérer irréversiblement le bâti des bassins, sans certitude de résultat. De plus, ce projet est contre-performant du point de vue environnemental, car il substitue à un îlot de fraîcheur un îlot de chaleur dans un quartier extrêmement dense (près de 50 000 habitants/km2). Il détruit aussi un lieu rare à Paris de biodiversité. Et le bâchage plastique ne laissant pas passer les particules fines, celles-ci se rediffuseront dans l’air respiré par les habitants du quartier. Clairement, ce premier principe voté sera difficile à atteindre.

Et par voie de conséquence, le second principe ne sera plus respecté, car après les travaux et l’absence d’eau dans les bassins pendant plusieurs hivers, il est très probable que le réservoir ne pourra plus être réhabilité dans les faits.

Enfin, la réunion de quartier qui a rassemblé plus de 150 personnes le 20 avril dernier, a clairement démontré le refus des habitants du quartier de valider ce projet pour toutes les raisons évoquées ci-dessus.

En concertation avec les habitants du quartier, nous souhaitons donc proposer un projet alternatif pour que la vocation du site soit pleinement valorisée au travers d’un projet de biodiversité. Pourquoi ce choix ?

Lire la suite ici.

 

Un site Parisculteurs créateur d’un îlot de chaleur et destructeur de biodiversité

La Mairie de Paris s’apprête à supprimer un îlot de fraîcheur, supprimer un grand lieu de biodiversité, créer un îlot de chaleur, dispenser davantage de particules fines dans l’air du 15ème, et probablement détruire définitivement un réservoir d’eau non potable ! Objectif : parvenir à 100 hectares de végétalisation en 2020, dont un tiers d’agriculture urbaine. Mais, à quel prix…

 

Eau de Paris a mis à disposition de Parisculteurs le réservoir d’eau non potable de Grenelle. Ce réservoir a non seulement une fonction hydraulique pour la Ville, mais il crée un îlot de fraîcheur dans le quartier hyperconstruit au milieu duquel il se situe (près de 50 000 habitants/m2) émaillé de rues étroites et chaudes*. L’eau absorbant les particules fines, le réservoir est un acteur important de la lutte contre la pollution dans ce quartier.

Ce réservoir est aussi un véritable lieu de biodiversité, où les canards sauvages viennent se reproduire entre février et juillet, où les mouettes, au moindre vent annoncé sur les côtes, viennent se réfugier par centaines, où il n’est pas rare de voir un héron ou autre migrant se poser. Les voûtes sont un lieu de nidification des pipistrelles, espèce protégée de petites chauves-souris en voie de disparition.

Ecologiquement, ce projet est aussi contre-performant à cause des particules fines qui seront retenues par le bâchage plastique, pour se rediffuser dans l’air respiré par les habitants du quartier alors qu’actuellement elles sont absorbées par l’eau du réservoir.

Ce projet conduit par deux adjointes de la Mairie Centrale de Paris, Célia Blauel en charge de l’eau (écologiste !) et Pénélope Komités en charge des espaces verts (ex-Greenpeace !), prévoit l’aménagement des bassins vidés de leur eau, qui seront recouverts de pseudo-serres, arceaux bâchés de plastique, chauffés à 25°dans lesquels des légumes pousseront hors-sol en trempant leurs racines dans un peu d’eau enrichie de nutriments provenant de déjections de truites élevées dans de minuscules bassins à côté. Des aménagements lourds, grevant le bâti des bassins sont prévus, comme la construction d’escaliers, de rampes, de monte- charges et de bureaux… Alors que le Conseil de Paris a voté en septembre 2015 la réversibilité du réservoir, celle-ci semble très fortement remise en cause par ces travaux.

Paris, ville très dense et très minéralisée, souffre et va continuer à beaucoup souffrir dans un futur proche du réchauffement climatique, principalement à cause de la multiplication des îlots de chaleur urbains, accentuant localement le réchauffement de la planète (+4° dus aux ICU en 2100, Nature Climate Change 29 mai 2017 )*. Se passer de deux grands bassins d’eau, alors que l’on construit des mares dans les jardins parisiens à grand frais pour contrer les effets de la chaleur, l’eau étant le premier remède pour combattre les îlots de chaleur et la pollution…

Aujourd’hui Respiration Paris 15 demande à la Mairie de Paris de reconsidérer le choix de ce site pour ce projet qui pourrait mieux s’épanouir sur un lieu plus approprié. Et, s’il doit vraiment sortir du réseau d’eau non potable, d’exploiter le réservoir de Grenelle pour enrichir écologiquement ce lieu en y créant un laboratoire de biodiversité par l’introduction d’espèces animales et/ou végétales introuvables à Paris.

*http://www.apur.org/sites/default/files/documents/atlas_espace_public_paris_15e_arr.pdf